mardi 16 avril 2019

BOULAGE Thomas-Pascal, 1769-1820, Société académique de l'Aube



  Thèse de Droit français

soutenue le 10 juillet 1810

Faculté de droit de Paris


BOULAGE Thomas-Pascal
Naissance: 25 mars 1769 à Orléans - Décès: 19 mai 1820 à Paris
Avocat, imprimeur, avoué, professeur de droit
Société(s)
Société académique de l'Aube : Membre résidant, secrétaire, président
Société d’émulation d’Auxerre : membre, président 1790-91
Biographie
Fils d’un marchand d’Orléans, décédé peu de temps après sa naissance, il fait ses études dans l’Yonne sous la protection d’un ecclésiastique parent de sa mère.
 Élève très brillant, il devient imprimeur puis travaille chez un procureur d’Auxerre et étudie le droit.  Il est en 1790 l’un des membres  fondateurs avec le mathématicien Joseph Fourier de la Société d’émulation d’Auxerre. Royaliste convaincu, il se porte otage volontaire pour la libération de Louis XVI et fait quelques mois de prison. Il épouse en 1795 une troyenne avec qui il a une famille nombreuse, dont plusieurs futurs hauts fonctionnaires, préfet, secrétaire de cabinet ministériel, et un prêtre de Troyes.  Il est élu en 1797 officier municipal d’Auxerre, contesté pour ses opinions royalistes, il est destitué au bout de quelques mois.
Il a épousé à Troyes,  le 3 Germinal an III (23 mars 1795) Catherine Elisabeth Rocard, fille d'un menuisier troyen  Jean François Rocard.
De 1800 à 1810, il réside à Troyes, exerce la profession d’avocat et d’avoué. Il est un membre influent de la Société Académique de l’Aube. Il participe à la création d’une loge maçonnique « Les chevaliers de la Croix de Saint Jean de la Palestine » à l’orient de Troyes en 1807.   
En 1810, il est nommé professeur de droit civil à la Faculté de droit de Paris et entreprend la publication d’ouvrages théoriques, et est considéré pour son érudition et ses relations avec ses élèves.
Il décède à Paris le 19 mai 1820.
Sa femme décède à Troyes,  le 17 mai 1838
.
L'un de ses fils, Olympiade Boulage,  a été le curé de la paroisse de Saint-Pantaléon à Troyes , il a prononcé et publié plusieurs discours à l'occasion de distributions des prix dans établissements scolaires pour jeunes filles.
Sources biographiques
Dictionnaire des avocats du Barreau de Paris en 1811, après le rétablissement des barreaux par Napoléon Ier, Préface de Jean Tulard, Riveneuve H. Robert, Ph. Bertholet, Fr. Ottaviano Editions, Paris, 2012, pp. 176-180.
Mémoires de la Société d'Agriculture, Sciences, Arts et Belles Lettres du département de l'Aube, T.11, n°81, vol.21, 1842, p.p. 50-61.M. Gérard- Gérard-Fleury, Notice sur M. Boulage, Archives départementales Aube, Yonne, Rhône
Archives de la Société académique de l’Aube déposées à la BNF, accessibles via Gallica
Bulletins de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne, via Gallica  
Bibliographie
« La mort de Blampoix- Tragédie » an IX Troyes
« Faits et gestes de P.B. Blampoix » Troyes an IX
Conclusion sur les lois des Douze Tables, Sainton, 1804 ;
Des mystères d'Isis et d'Osiris, 1807
Thèse de droit français soutenue par T.P. Boulage sur la communauté légale Paris 1810
Les otages de Louis XVI et de sa famille, Pillet, 1814 ;
Principes de jurisprudence française, pour servir à l'intelligence du Code civil, Delestre-Boulage, 1819 ;
Introduction à l'histoire du droit français et à l'étude du droit naturel, Delestre-Boulage, 1821.
Des mystères d'Isis et d'Osiris, 1807 ;
Introduction à l'histoire du droit français et à l'étude du droit naturel, Delestre-Boulage, 1821.
La Rose de la vallée, ou la Maçonnerie rendu à son but primitif, Paris, 1808.
Attribué à T-P Boulage  par Barbier dans le Dictionnaire des avocats du Barreau de Paris 1811


Extrait de la Revue encyclopédique de juin 1820


vendredi 29 mars 2019

Pharmacie Perrot-Prailly, rue Nodre Dame à Troyes






Facture 30 mars 1814 du pharmacien troyen Perrot-Prailly, rue Notre-Dame
pour l'ancien député  Antoine Edmé de la Huproye, né à Troyes en 1765, décédé à Charmont sur Barbuise en 1839.






Louis Jean Baptiste Christophe Perrot (dit Perrot-Prailly)

Né le 7 janvier 1779 à Nangis Seine-et-Marne, fils de Jean-Baptiste Perrot et Marie-Thérèse Champenois.
Commissionné pharmacien de l’Armée du Rhin le 8 Prairial an 7, licencié le 14 Floréal an 9.
Pharmacien à Troyes, chef de l’opposition libérale sur Troyes
Elu colonel de la Garde nationale de Troyes le 27 août 1830
Membre du conseil municipal de Troyes le 29 octobre 1830
Chevalier de la Légion d’Honneur le 6 avril 1831
Décédé le 27 juillet 1838 à Troyes
Ses obsèques furent accompagnées de manifestations au cours desquelles la Marseillaise fut jouée par la musique autour de sa sépulture puis chantée au retour du cortège.
  




Profil de Louis Jean Baptiste Christophe Perrot
par François-Augustin Caunois 1787-1859

mardi 26 mars 2019

Amédée Aufauvre, caricaturé par Etienne Collet




Amédée AUFAUVRE Troyes 1817, Troyes 1864

Historien, journaliste, romancier

Les musées de Troyes possèdent une petite statuette en terre le représentant.

Il apparait aussi "croqué" par son ami l'imprimeur lithographe Etienne Collet, dans le journal humoristique "La silhouette" que les deux amis ont publié pendant quelques mois en 1839 et 1840 avec l'aide de Jean François Gadan.
Il apparait ainsi dans le second dessin où Collet juché sur une estrade tend à son ami Aufauvre une caricature le représentant.

Dans le premier dessin qui annonce la disparition prochaine du journal éphémère, il est le 3ème personnage en haut à gauche qui essuie ses larmes avec un mouchoir. Le personnage à sa droite n'est autre que Jean-François Gadan avec qui il participera avec Louis Ulbach à d'autres aventures journalistiques.
Les lecteurs de l'époque pouvaient aisément reconnaître d'autres célébrités de l'époque comme le futur maire de Troyes Désiré Argence, Claude Joseph Habert architecte et leader républicain...

 statuette Amédée Aufauvre
Musée Saint Loup Troyes

lundi 25 mars 2019

Oeuvres éphémères ARGADOL Troyes



Hommage à Karl Lagerfeld 

février 2019

Colombe

vendredi 8 mars 2019

Babygro, le vêtement qui grandit avec l'enfant Frafor Troyes




 Charles Douine fait construire une filature de coton vers 1855 à l'emplacement d'un moulin dont il ne subsiste rien. Il possède une seconde usine rue Simart, à proximité, de la première, mais qui a été détruite. L'établissement du cours Jacquin est agrandi par Georges Douine au début du 20e siècle, qui y installe notamment une salle des machines portant la date 1902. Touron fils devient le propriétaire de la filature après la Première Guerre mondiale, puis une S.A. Touron est créée vers 1927. En 1986 (enquête initiale), une usine de bonneterie, propriété de Franck Forter, dont la raison sociale est Fra-For S.A., est installée dans les bâtiments depuis 1960 environ. En 2013 (complément d'enquête), le site est désaffecté et en attente d'une prochaine destination. Un permis de construire a été déposé en avril 2013, prévoyant la conversion du site en plusieurs logements.

(extrait inventaire patrimoine industriel de Troyes, région Champagne Ardennes)

voir pst de ce blog en  2015
https://troyes-en-champagne.blogspot.com/2015/03/filature-georges-douine-aux-moulins.html

https://troyes-en-champagne.blogspot.com/2015/03/filature-georges-douine-aux-moulins.html

lundi 4 mars 2019

L'ascension du ballon "Léviathan" à Troyes 7 juin 1860

 Dans le cadre de l'Exposition régionale de Troyes en mai et juin 1860, M. Godard et son ballon "Léviathan" se sont envolés le jeudi 7 juin à plus de 1000 mètres d'altitude de Troyes à 18 heures         pour se poser un quart d'heures plus tard, à quatre kilomètres de la ville dans la propriété de M. Millière à Argentolles.
La presse locale, "L'Aube" et  le "Petit Courrier de Bar-sur-Seine" ont publié le compte-rendu de cet exploit sous la signature de M. E. Brévot.